Jai Bhim Network

Trois Mondes, Une Planète

2007.11.17. Categorized: Uncategorized   

Note sur l’origine de l’expression «Tiers Monde» par Alfred Sauvy:

En 1951, j’ai, dans une revue brésilienne, parlé de trois mondes, sans employer toutefois l’expression «Tiers Monde». Cette expression, je l’ai créée et employée pour la première fois par écrit dans l’hebdomadaire français «l’Observateur» du 14 août 1952. L’article se terminait ainsi : «car enfin, ce Tiers Monde ignoré, exploité, méprisé comme le Tiers Etat, veut lui aussi, être quelque chose». Je transposais ainsi la fameuse phrase de Sieyes sur le Tiers Etat pendant la Révolution française. Je n’ai pas ajouté (mais j’ai parfois dit, en boutade) que l’on pourrait assimiler le monde capitaliste à la noblesse et le monde communiste au clergé.

Alfred Sauvy L’Observateur, 14 août 1952, n°118, page 14.

Nous parlons volontiers des deux mondes en présence, de leur guerre possible, de leur coexistence, etc., oubliant trop souvent qu’il en existe un troisième, le plus important, et en somme, le premier dans la chronologie. C’est l’ensemble de ceux que l’on appelle, en style Nations Unies, les pays sous-développés.

Nous pouvons voir les choses autrement, en nous plaçant du point de vue du gros de la troupe : pour lui, deux avant-gardes se sont détachées de quelques siècles en avant, l’occidentale et l’orientale. Faut-il suivre l’une d’elles ou essayer une autre voie ?

Sans ce troisième ou ce premier monde, la coexistence des deux autres ne poserait pas de grand problème. Berlin ? Allemagne ? Il y a longtemps qu’aurait été mis en vigueur le système d’occupation invisible, qui laisserait les Allemands libres et que seuls les militaires épris de vie civile, peuvent condamner. Les Soviétiques ne redoutent rien tant que voir l’Europe occidentale tourner au communisme. Le plus fervent stalinien d’ici est considéré là-bas comme contaminé par l’Occident. Parlez plutôt d’un bon Chinois, d’un Indien ayant fait ses classes à Moscou et ne connaissant la bourgeoisie que par la vision correcte et pure qui est donnée là-bas. Mais les Anglais, les Suédois, les Français, autant d’indésirables recrues.

Ce qui importe à chacun des deux mondes, c’est de conquérir le troisième ou du moins de l’avoir de son côté. Et de là viennent tous les troubles de la coexistence.

Le capitalisme d’Occident et le communisme oriental prennent appui l’un sur l’autre. Si l’un d’eux disparaissait, l’autre subirait une crise sans précédent. La coexistence des deux devraient être une marche vers quelque régime commun aussi lointain que discret. Il suffirait à chacun de nier constamment ce rapprochement futur et de laisser aller le temps et la technique. D’autres problèmes surgiraient qui occuperaient suffisamment de place. Lesquels ? Gardons-nous de poser la question.

Transportez-vous un peu dans l’histoire : au cœur des guerres de religion, émettez négligemment l’opinion que, peut-être un jour, catholiques et protestants auront d’autres soucis que l’Immaculée Conception. Vous serez curieusement considéré et sans doute brûlé à un titre ou l’autre, peut-être comme fou.

Malheureusement, la lutte pour la possession du troisième monde ne permet pas aux deux autres de cheminer en chantant, chacun dans sa vallée, la meilleure bien entendu, la seule, la «vraie». Car la guerre froide a de curieuses conséquences : là-bas, c’est une cour morbide de l’espionnage, qui pousse à l’isolement le plus farouche. Chez nous, c’est l’arrêt de l’évolution sociale. A quoi bon se gêner et se priver, du moment que la peur du communisme retient sur la pente ceux qui voudraient aller de l’avant ? Pourquoi considérer quoi que ce soit, puisque la majorité progressiste est coupée en deux ? Jamais période ne fut plus favorable à la législation de classe, nous le voyons bien. Absolvons-nous donc de nos vols, par l’amnistie fiscale, amputons sans crainte les investissements vitaux, les constructions d’écoles et de logements pour doter largement le fonds routier, de façon que se fassent plus aisément les retours du dimanche soir dans les beaux quartiers. Renforçons les privilèges betteraviers et alcooliers les moins défendables. Pourquoi se tourmenter, puisqu’il n’y a pas d’opposition ?

Ainsi l’évolution vers le régime lointain et inconnu a été stoppée dans les deux camps, et cet arrêt n’a pas pour seule cause les dépenses de guerre. Il s’agit de prendre appui sur l’adversaire pour se fixer solidement. Ce sont les durs qui l’emportent dans chaque camp, du moins pour le moment. Il leur suffit de qualifier les autres de traîtres ; bataille facile et classique. Et ainsi ils s’unissent pour une cause en somme commune : la guerre.

Et cependant, il y a un élément qui ne s’arrête pas, c’est le temps. Son action lente permet de prévoir que l’ampleur des ruptures sera, comme toujours, en rapport avec l’artifice des stagnations. Comment s’exerce cette lente action ? De plusieurs façons, mais d’une en particulier, plus implacable que toutes :

Les pays sous-développés, le 3è monde, sont entrés dans une phase nouvelle : certaines techniques médicales s’introduisent assez vite pour une raison majeure : elles coûtent peu. Toute une région de l’Algérie a été traitée au D.D.T. contre la malaria : coût 68 francs par personne. Ailleurs à Ceylan, dans l’Inde etc., des résultats analogues sont enregistrés. Pour quelques cents la vie d’un homme est prolongée de plusieurs années. De ce fait, ces pays ont notre mortalité de 1914 et notre natalité du XVIIIè siècle. Certes, une amélioration économique en résulte : moins de mortalité de jeunes, meilleure productivité des adultes, etc. Néanmoins, on conçoit bien que cet accroissement démographique devrait être accompagné d’importants investissements pour adapter le contenant au contenu. Or ces investissements vitaux coûtent, eux, beaucoup plus de 68 francs par personne. Ils se heurtent alors au mur financier de la guerre froide. Le résultat est éloquent : le cycle millénaire de la vie et de la mort est ouvert, mais c’est un cycle de misère. N‘entendez-vous pas sur la Côte d’Azur, les cris qui nous parviennent de l’autre bout de la Méditerranée, d’Egypte ou de Tunisie ? Pensez-vous qu’il ne s’agit que de révolutions de palais ou de grondements de quelques ambitieux, en quête de place ? Non, non, la pression augmente constamment dans la chaudière humaine.

À ces souffrances d’aujourd’hui, à ces catastrophes de demain, il existe un remède souverain ; vous le connaissez, il s’écoule lentement ici dans les obligations du pacte atlantique, là-bas dans des constructions fébriles d’armes qui seront démodées dans trois ans.

Il y a dans cette aventure une fatalité mathématique qu’un immense cerveau pourrait se piquer de concevoir.

La préparation de la guerre étant le souci n°1, les soucis secondaires comme la faim du monde ne doivent retenir l’attention que dans la limite juste suffisante pour éviter l’explosion ou plus exactement pour éviter un trouble susceptible de compromettre l’objectif n°1. Mais quand on songe aux énormes erreurs qu’ont tant de fois commises, en matière de patience humaine, les conservateurs de tout temps, on peut ne nourrir qu’une médiocre confiance dans l’aptitude des américains à jouer avec le feu populaire. Néophytes de la domination, mystiques de la libre entreprise au point de la concevoir comme une fin, ils n’ont pas nettement perçu encore que le pays sous-développé de type féodal pouvait passer beaucoup plus facilement au régime communiste qu’au capitalisme démocratique. Que l’on se console, si l’on veut, en y voyant la preuve d’une avance plus grande du capitalisme, mais le fait n’est pas niable. Et peut-être, à sa vive lueur, le monde n°1, pourrait-il, même en dehors de toute solidarité humaine, ne pas rester insensible à une poussée lente et irrésistible, humble et féroce, vers la vie. Car enfin ce Tiers Monde ignoré, exploité, méprisé comme le Tiers Etat, veut, lui aussi, être quelque chose.

No Comments:

Comment Form

The name will be displayed, the e-mail will not be displayed, the website will be displayed and the addition serves the spam protection.

Technical-number

1720 (You will need this technical-number if you would like to offer one percentage of your tax to Our Inspiration.)----

Our Inspiration 1st Part

Our Inspiration (1st Part)
Jai Bhim is a cheerful greeting. Ten million Indians greet each other in this manner. They're the Dalits who are a proud community. They inherited an extremely difficult life. Their parents and grandparents and untold generations before them were outcasts in society. Even today they still encounter prejudice and experience helplessness.
For more than a millenium their ancestors lived as outcasts. People had a horror of touching them. Others even avoided being in their proximity as their shadow was considered polluting. If they went to school they were seated separately, If they were able to obtain work they did the dirtiest and lowest paid jobs.

Our Inspiration 2nd Part

Our Inspiration (2nd Part)
With their greeting of Jai Bhim they remind each other of their own successful revolution in 1956 for their human rights. Their cause is sacred. It inspires us here in Hungary, as we also face segregation and prejudice today. We would like to know discrimination is a thing of the past.
The dalit's story is like a fairy tale.

Our Inspiration 3rd Part

Our Inspiration (3rd Part)
Once upon a time, a hundred years ago, there lived a seventeen year old untouchable boy in a big family, His name was Bhim. He was the youngest child among 14 siblings. He surpassed all of them because of his brilliant mind. A wealthy maharaj acknowledged his poverty and bestowed a scholarship on him. Bhim was aware that Indian schools were being discriminatory and practiced segregation. Therefore, he tried his fortune in London and New York where he achieved university degrees. He received the title Dr. Ambedkar when he returned home to serve his people as a barrister.

Our Inspiration 4th Part

Our Inspiration (4th Part)
Nevertheless, he was considered as an untouchable in accordance with the holy books of the Hindu religion. Therefore, he convened with his friends and publicly burned Manu's Laws, the Hindu holy script which bids the Hindu to hold the Untouchable in disdain. He became a human right fighter and his authority was constantly growing throughout the whole country. When India gained independence in 1947 he was nominated as law minister. He was entrusted with drafting the Constitution for the country. He wrote in it that discrimination is forbidden.

Our Inspiration 5th Part

Our Inspiration (5th Part)
In his old age the Dalit people addressed him with veneration as Dr. Babasaheb. He and his laws, however respected they were, he still stared frustratedly at the discrimination existing all over the country. He decided then to show the people a spiritual alternative. As our judgment is determined by our faith, he took an oath: "I was born a Hindu Untouchable. It was beyond my power to prevent that but I declare that it is within my power to refuse to live under ignoble and humiliating conditions. I solemnly assure you that I will not die a Hindu". He abjured hindu religion that had brought so much suffering and humiliation to the Untouchable people (today's Dalits).

Our Inspiration 6th Part

Our Inspiration (6th Part)
He studied thoroughly all the faiths of the world. He was seeking a religion which fitted together with reason, with modern science, and which declared liberty, fraternity and equality amongst people. He decided to follow the path of the Indian prince who lived 2500 years ago: he would be a follower of the Buddha. This was a decision of profound importance for the Dalits because the Buddha is venerated thoughout the world, and India is entitled to take pride in her great son. Dr. Ambedkar showed his astuteness: all of us can choose the way to be respected, we can change our fate for the better. Hundreds of thousands followed Ambedkar to the magnificent ceremony in Nagpur in October 1956. This was the rebirth of Buddhism in India. Babasaheb died six weeks later.

Our Inspiration 7th Part

Our Inspiration (7th Part)
Those who at that time embraced a new world view with him, they are today grandfathers and grandmothers. Their grandchildren are as numerous as the whole population of Hungary. They follow Ambedkar's example: they face even the biggest difficulties in all things - to study and to exercise their human rights.

All of the Parts in One

Our Inspiration

  • Chandrakirti: I like ur views on Bhim Jayanti... And i jst can say "Jai Bhim".....
  • Sunil Sagar: Jai Bhim Janos it's great seeing Dr. Ambedkar's follower in Hungary. The Emancipator, The god of Small. What Millions of god and goddess of Hindu's c
  • Ashwin Jangam: Struggle for liberation of Mulnivasis When freedom struggle of our country was going on, we were dual slaves. The Arya Brahmin
  • Ashwin Jangam: Jaibhim Abhinav Thank you Abhinav for putting up a superb photos of our ancestors to know our peop
  • mulji parmar: JAIBHIM NAMOBUDDHAI RESPECTED PRESIDENT WE ALL KNOIW THAT IN WHICH CONDITION DR. BABASAHEB AMBEDKAR HAS DONE DALIT ACTIVITIES WITH G

Table of contents

Contact

    President: Janos Orsos

    Address:
    H-3720 Sajókaza, Rákóczi F. u. 29.

    Headquarters:
    H-3720 Sajókaza, Sólyom telep 7-9.

    Further field of activity places:
    H-3600 Ózd, Petőfi út 18-20.
    H-3659 Sáta, Kolozsvári út 5.

    Telephone/Fax:
    (+36) 48-349-209, (+36) 48-788-275

    International Bank Account Number:
    IBAN HU52 1200 1008 0015 6776 0010 0009
    SWIFT Code: UBRTHUHB (Raiffeisen Bank)

Motto

Educate, agitate and organise! (Dr. Ambedkar)

Illustrious Day

We wish a Happy Nameday to all visitors called Frigyes!

Memorial Schedule

24 September: Pune Pact between Gandhi and Dr. Ambedkar in 1932

14 October: Conversion in Nagpur of Dr. Ambedkar and his Dalit followers in 1956: “Dhammadiksha” or “Dhamma Chakra Pravartan Din”

28 November: The Day of Orientalists (Körösi Csoma Sándor started his mysterious Eastern journey in 1819.)

5 November - 14 December: The Lőrinc family in Sajógalgóc gave shelter to four Jewish youngsters who had escaped labour camp.

19 January: Martin Luther King Day

11 February: The Day of Freedom in Religion: In 1676 the dutch admiral Michael de Ruyter freed the Hungarian galley slave praechers: e.g. Túróczi Végh András from Fülek, Kálnai Péter from Putnok, Szalóczi Mihály from Zubogy

14 April: Birthday of Dr. Ambedkar

2 May: Birthday of the Buddha

2 August: The Day of Gypsies’ Holocaust in 1944

Most Active Commentors

  • Ashwin Jangam (10)
  • rahul (8)
  • Derdák Tibor (4)
  • Pardeep S Attri (4)
  • jay (3)
  • yashwant wankhede (3)
  • Charles Joseph (2)
  • sarang salvi (2)
  • Saul Deason (2)
  • Sz. (2)

Most Downloaded Packed Files

Our Visitors

Details

  • Online: 1
  • Today Visits: 36
  • Today Pageviews: 44
  • Total Visits: 132701
  • Total Pageviews: 1091844
  • Alexa International Rank: 0

Current Charts